Voici la retranscription de l’article. Vous pouvez le lire en cliquant ici. Une précision : Weblib a réalisé une levée de fonds de 700.000 euros en juillet 2011.

Des iPad en libre-service chez les commerçants.

Des accès Wi-Fi qui se multiplient, des consommateurs de plus en plus geeks, des commerçants à l’affût de nouveaux services pour leurs clients : de cette trilogie de tendances, deux jeunes entrepreneurs, Arthur Philbé et Florian Galby, ont fait une société en pleine ascension, WebLib. « Si les accès Wi-Fi sont nombreux, tout le monde ne transporte pas son ordinateur avec lui. Quant à l’utilisation d’un smartphone, elle est loin d’être confortable », explique Florian Galby. D’où l’idée de louer à des professionnels (cafetiers, restaurateurs, coiffeurs, concessionnaires auto…) des iPad, et bientôt des tablettes Android, connectés à Internet et utilisables gratuitement par les clients de ces commerces.  Imparable pour fidéliser les clients et faire le plein aux heures creuses en offrant un service innovant. Pourtant, les débuts en 2009 étaient loin d’être faciles : « Nous avons commencé par démarcher les grands cafés parisiens indépendants, sans vraiment de succès !, lance Florian Galby. Nous nous sommes donc tournés vers de grands groupes. Aujourd’hui, nous travaillons pour Total, Dessange, Monoprix, etc. Dans ces milieux très concurrentiels, WebLib est un moyen de se démarquer rapidement. Les clients peuvent consulter leurs mails, lire des magazines, découvrir les applications mobiles des enseignes. Encore peu de groupes pensent à relier leurs points de vente ‘‘physique » à leur application mobile ! » Depuis, l’offre WebLib s’est étoffée avec l’événementiel, via la location de terminaux mobiles pour des soirées ou lors de séminaires. Côté financement, le concept exigeant d’acquérir un parc important de smartphones et de tablettes, les deux jeunes créateurs se sont d’abord tournés vers des emprunts et une levée de fonds de 150.000 euros. « Depuis, nous avons opté pour le leasing, ce qui nous permet de dégager de la marge au bout d’un mois au lieu de six. » L’atout de leur modèle : pouvoir compter sur des abonnements récurrents (150 euros par mois pour deux iPad). Mais aussi sur d’autres sources de revenus, comme le développement d’applications sur-mesure : jeux concours, enquête de satisfaction, catalogue numérique. Avec 300 terminaux mobiles en location et 15 salariés, Weblib table sur un chiffre d’affaires de 1 million d’euros cette année.